Le regard des autres

Le regard des autres…

Ce regard qui fige et parfois nous glace.

Ce regard qui nous rend fragile à prendre notre place et affirmer notre différence.

Avez-vous déjà ressenti ce regard? Vous a-t-il limité dans votre pleine réalisation?

Pour ma part, il a longtemps freiné ma spontanéité, mes élans du cœur et même ma joie… de peur de déranger.

« Qu’est-ce que les autres vont penser de moi, que vont-ils dire??? »

Je pouvais très bien entendre cette voix qui me répétait sans cesse ces mots.

Lorsque ma peur m’envahissait complètement face aux regards et aux jugements des autres, résignée, tout simplement, je baissais les bras et laissais aller mes rêves, mes ambitions pour rester dans la norme.

Mais quelle norme?

Malheureuse? Un peu. Inconfortable? OUI!

L’inconfort de n’être la ‘’femme que je souhaitais réellement être’’ devenait presque étouffant.

Je me sentais à la fois différente, incomprise et tranquillement, je m’éteignais.

Quelques échanges approbateurs et discussions accueillantes avec quelques amies très proches, me permettaient de mettre un baume à cette situation. Dieu merci, elles étaient là pour moi!

Le meilleur endroit où je pouvais me réfugier demeurait en moi-même loin des regards et des jugements des autres.

Plus on a peur du regard des autres et plus on se limite dans nos actions.

L’inaction devient alors la pire des actions!

La peur du regard des autres se traduisait à vivre en incohérence avec qui j’étais réellement. Cela devenait une sorte de lourdeur que je portais, comme on porte un fardeau.

Puis un changement s’est produit.

Cette transformation s’est effectuée lorsque je me suis placée devant le miroir.

Ce matin-là, je voulais connaître le regard que moi, Valérie, je portais sur moi-même.

C’est droit dans les yeux que je me suis fixée, j’ai observé et… je me suis mise à pleurer, pleurer ma vie, comme on dit!

Je prenais enfin conscience que le regard des autres était tout simplement le reflet de mon propre regard.

La plus exigeante, c’était moi! Je devais m’avouer que j’étais celle qui se jugeait le plus, qui était la plus intolérante face à moi-même. Je n’avais pas le droit à l’erreur, j’attendais toujours de moi, la perfection, la performance. Et si, par malheur, je n’étais pas à la hauteur de mes attentes, les critiques et l’auto-sabotage arrivaient en premières places.

Puis, suite à cette rivière de larmes…

Je me souviens encore du sentiment. Comme la chenille qui était restée si longtemps dans son cocon, je libérais maintenant le papillon pour prendre mon envol.

Depuis, ce que je ressens dans le regard des autres, c’est de l’amour, de la bienveillance et de la compassion.

Car maintenant, c’est ce que je me donne.

Dès que je ressens une personne qui a des intentions différentes à mon égard, je lui envoie de l’amour, de la bienveillance et de la compassion.

Car le premier enseignement lorsque l’on vit dans la pleine conscience c’est : tout part de Soi.

Le regard des autres n’est que le miroir de votre propre vision de vous-même.

Le jugement des autres n’est que le reflet de votre propre critique intérieure.

En réalisant que vous êtes complètes et merveilleuses, ce n’est ni un regard ni un jugement qui pourraient atteindre l’être que vous êtes. C’est cela CROIRE en SOI.

Vous comprenez alors que votre beauté et votre puissance intérieures ne pourraient qu’être affectées que par vous-même.

Quelle libération que de se défaire de cette perception du monde!

Depuis ce jour, ce fût un nouveau chemin que j’ai pris pour devenir maître de ma vie et créer la femme que je suis aujourd’hui et celle qui est toujours en création!

Et vous, quel regard vous portez-vous?

Avec amour,

Valérie
Valérie Martel, croissance personnelle, Neuroscience, Méditation et Succès

Valérie Martel

Fondatrice des Programmes Poudre d’Or et Co.
Croissance personnelle, Neuroscience, Méditation et Succès

Pour la femme qui souhaite se retrouver, gagner en confiance, se réinventer en créant la femme qu’elle désire réellement être.

Aime. Crois. Sois

Pour saupoudrer des milliers d'étincelles dorées à ta vie